FIL D'AIR

COVID-19 : Comment utiliser votre système de ventilation double-flux ?

Avec ce guide pratique, nous synthétisons les recommandations actuelles, ainsi que les
connaissances des industriels et des instituts de santé concernant la bonne utilisation des
systèmes de VMC double flux au cours de cette épidémie de COVID-19.

(Zehnder Group France)

Puis-je continuer à utiliser mon système de ventilation comme d’habitude ?

Oui ! Les virus sont principalement transmis par contact avec des gouttelettes respiratoires, sur une distance de 1,5 mètres. La transmission par les systèmes de VMC double flux peut être exclue d’après les connaissances actuelles.

Continuez à ventiler ! Le maintien en fonctionnement des systèmes pendant les épisodes épidémiques contribue à limiter le risque de  confinement du virus par l’apport d’air neuf et le renouvellement d’air dans les locaux.

 

Il est recommandé de conserver le débit mis en place au cours de la mise en service. Il permet d’assurer un renouvellement d’air important et ainsi de diluer de possibles particules virales.

 

Le débit maximal de ventilation n’est pas recommandé pour éviter de remettre en suspension les particules présentes sur les surfaces (sol, meubles…)

 

Faut-il que j’installe des filtres spécifiques ?

Non, les particules virales sont trop petites (plus petites que 0,1-0,2 micromètre (?m)), même pour les meilleurs filtres HEPA (High  Efficiency Particulate Absorbing). Ces filtres sont utilisés dans les environnements de santé (hôpitaux, laboratoires…). En l’état de la connaissance actuelle du virus, aucun professionnel n’est en mesure de s’engager sur l’efficacité d’un filtre spécifiquement sur le COVID-19.

Néanmoins, une installation de ventilation double flux, avec des filtres F7/ ISO ePM1 permet la filtration de particules fines (filtration en moyenne de plus de 50% des particules ePM1, soit 1?m) (3). Cette filtration peut être considérée comme une protection raisonnablement efficace. En effet, les particules SARS-CoV-2 (Covid-19) se regroupent en des particules de tailles supérieures, qui sont, pour le coup, dans la zone d’efficacité de ces filtres.

A noter ! Il existe des contrefaçons de filtres. Pour être certain des performances de vos filtres, nous vous recommandons d’utiliser desfiltres de qualité d’origine Zehnder. Vous pouvez les reconnaître grâce au logo Zehnder clairement identifié sur la face avant du filtre. Ils garantissent une efficacité sur le long terme

 

Quel rôle joue le taux d’humidité intérieur ?

Le taux d’humidité dans l’air ambiant peut jouer un rôle dans la durée de vie des particules virales et du risque infectieux. Il est reconnu que les risques infectieux du virus de la grippe sont au plus bas quand l’humidité d’une pièce se situe entre 40% et 60%. Il n’est pas encore prouvé si la recommandation est la même dans le cas du coronavirus.

Le taux idéal d’humidité doit être compris entre 40% et 60%, et une température intérieure entre 20°C et 25°C, ce qui correspond auxconditions normales de confort hiver/été.

 

Nous recommandons d’utiliser des échangeurs enthalpiques pour permettre d’atténuer les taux extrêmes d’humidité intérieur.

 

Les échangeurs enthalpiques Zehnder sont réalisés à partir d’une technologie de membrane brevetée en polymère. Celle-ci permet detransférer à la fois la chaleur et l’humidité d’un flux d’air à l’autre, tout en bloquant le transfert d’odeurs, de COVs, des émissions, et descontaminants atmosphériques. (Tests bactérien et fongique : ISO846ATTCC147)

 

Existe-t-il un risque lié au COVID-19 au niveau de la récupération de chaleur ?

Les systèmes de ventilation Zehnder avec récupération de chaleur récupèrent les calories de l’air chaud sortant pour les transférer sur l’air frais entrant. Ce sont les calories qui sont recyclées, pas l’air.

Les échangeurs Zehnder permettent une stricte séparation entre l’air extrait et l’air entrant, grâce à leur échangeur à plaque à flux croisé. L’air entrant ne peut pas rentrer en contact avec des surfaces en contact avec l’air extrait.

La technologie innovante de la gamme ComfoAir Q permet des taux de fuite extrêmement réduits au niveau de l’échangeur (Fuite externe: 0,38% Fuite interne: 0,15% Certification CAQ 350 NF 205).

 

Quel est le meilleur système de ventilation dans ce contexte sanitaire ?

Utiliser la VMC double flux plutôt que la VMC simple flux (l’air neuf rentre sans système de filtration), permet d’avoir à la fois :

  • Une filtration de l’air entrant, en limitant l’entrée des polluants dans la maison. Une installation de ventilation double flux, avec des filtres F7/ ISO ePM1 permet la filtration de particules fines (filtration en moyenne de plus de 50% des particules ePM1, soit 1?m) (3). Elle peut être considérée comme une protection raisonnablement efficace. Les particules SARS-CoV-2 (Covid-19) se regroupent en effet en des particules de tailles supérieures, qui sont, pour le coup, dans la zone d’efficacité de ces filtres.
  • Un renouvellement continu et permanent de l’air. Il est également important d’avoir un système de ventilation, tout air neuf, sans système
    de recyclage. (Type rafraîchisseurs, épurateurs d’air…).

 

Puis-je ouvrir les fenêtres pour augmenter la ventilation ?

Oui, vous pouvez ouvrir les fenêtres alors que la ventilation fonctionne. Cela permet d’accentuer le renouvellement d’air dans une pièce en particulier. Par ailleurs, il n’est pas recommandé de le faire dans des zones densément peuplées, ou fortement polluées. Des particules de pollution (poussières, CO2, oxyde d’azote…) peuvent pénétrer plus facilement dans votre intérieur.

 

 

Sources:
Ces recommandations sont basées sur les connaissances dans l’industrie et la santé à la date du 23 avril 2020 et sont susceptibles d’être modifiées dans des notes à venir. [1] Robert Koch Institute (RKI) / CCI (Equivalent de l’Institut Pasteur en Allemagne): Faut-il couper les systèmes de ventilation par précaution pour limiter la transmission du COVID-19 (“corona virus“)? Le RKI a répondu : « Comme le COVID-19 est une infection principalement transmise par gouttelettes respiratoires ( et non transmis par l’air), on ne peut pas supposer, sur la base de l‘état actuel des connaissances du SARSCoV-2 (COVID-19), que la transmission serait encore plus accélérée via des systèmes de ventilation mécaniques (par exemple dans les bâtiments publics, les hôtels). Préconisations qui font échos aux avis scientifiques de l’INRS et du Haut Conseil à la Santé Publique1 (HCSP). [2] Uniclima, Foire aux questions sur l’usage de la ventilation et de la climatisation dans le contexte de pandémie COVID-19 [3] EN ISO 16890-1:2016